Le blog photographique de Nicolas Chauvet

  • Lettre ouverte à Monsieur Pascal Décaillet

    Monsieur Pascal Décaillet,

    Depuis des années, vous exercez la profession de journaliste et de "petit entrepreneur". Ces qualités semblent vous autoriser à commenter l’actualité dans tous les domaines de la vie politique locale, très locale, avec quelques incursions heureusement assez rares en matière de politique internationale. A titre personnel, je vous vois davantage comme un polémiste local que comme un journaliste.

    Depuis quelques temps (de pandémie), vous vous en prenez aux autorités genevoises en général et au Conseiller d’Etat Mauro Poggia en particulier – ainsi qu’à ce que vous appelez les "machins" (terme très gaullien), coupables selon vous et votre vision de la démocratie, de gouverner au détriment des "trois échelons" de la prise de décision stratégique, de déléguer l'exercice du pouvoir à la "bureaucratie sanitaire".

    Plus récemment, dans un brûlot intitulé "Mauro Poggia, le petit dictateur cantonal", vous vous lâchez sans aucune retenue. Le problème de cette intervention est que vous prenez prétexte de l’actualité (en l’occurrence le style de Mauro Poggia) pour donner quelques leçons de morale et d'exercice du pouvoir.

    Monsieur Mauro Poggia a pris ombrage de vos propos et vous réplique sur Facebook. Il vous reproche de tenir des propos visant à "susciter la haine". Le vieil adage dit: "qui sème le vent récolte la tempête"...

    Et que faites-vous en retour? Vous vous fendez d’une lettre ouverte à Madame la Présidente du Conseil d’Etat dans laquelle vous parlez de vous en tant que "citoyen engagé dans la République". Vous vous permettez un jugement péremptoire sur son collègue élu, que je n’ose reproduire ici tant il est outrancier. Tout cela est très infantile, finalement et parle davantage de vous que de l’objet de votre ressentiment.

    Il me paraît pourtant qu’à toute action correspond une réaction. C’est cette dernière, constituant une réponse à vos propres affirmations, que vous ne semblez pas apprécier à sa juste valeur. En réalité, vous avez pris une petite pichenette en retour de propos assez désobligeants. Mais il est vrai qu’il est plus facile de délivrer les coups que de les recevoir.

    Et c’est assez amusant car dans votre position de journaliste, vous ne prenez aucun risque, aucune décision et ne gérez en rien les affaires de la République. Vous n'êtes engagé en rien; vous ne faites que commenter et ne menez aucune action concrète. Au temps pour le "citoyen engagé dans la République".

    Si je puis me permettre un conseil, présentez-vous à une prochaine élection, il y a en effet une place à prendre au Conseil d’Etat en mars 2021. Mais attention, vous risqueriez être élu et, du coup, vous devriez agir plutôt que de causer et dispenser vos bons conseils ou injonctions. Ce serait un changement intéressant, assurément.

    Avec mes salutations distinguées.

    Lien permanent Pin it! Catégories : Mauvaise presse 46 commentaires
  • L'instant présent

    "L'instant présent est le seul instant qui puisse être vécu" -Thich Nhat Hanh

    DSCF5126_BW.jpg

    New York, novembre 2019, modèle Chi Kq

  • Une vie de paix intérieure

    "Une vie de paix intérieure, harmonieuse et sans stress, est le type d'existence le plus simple" - Norman Vincent Peale

    Amanda_P1026060_BW3.jpg

    New York, novembre 2019, modèle Amanda Brown

  • Je crois que je vois la lumière

    "I think I see the light coming to me,
    Coming through me giving me a second sight" - Cat Stevens

    Nic_DSCF2206_DxOVP_BW.jpg

    Genève, novembre 2020, autoportrait
  • Le chocolat

    "Le chocolat est de la joie que l'on peut manger" - Ursula Kohaupt

    Lilja_DSCF2974BW.jpg

    Genève, novembre 2020