Instant Karma, le réel et le fantasmé

Monsieur David Frenkel ne s’est pas arrêté dans son élan et poursuit son entreprise de déni de la réalité du résultat de l‘élection présidentielle en livrant le huitième chapitre de sa saga sur la fraude électorale américaine. On lui reconnaîtra le mérite de la persévérance à défaut de celui du discernement. Sa source « d’information » est toujours le site dreuz.info qui fait part « en temps réel » des derniers développements du négationnisme électoral ambiant.

J’en ai retenu ce passage, aimablement cité par Monsieur David Frenkel

21h02 : Arizona, tous les bulletins de vote pour le comté de Pinal ont été compilés :

Trump : 107,077, 57.72%
Biden : 75,106, 40.48%

Ce décompte est vrai. Il oublie opportunément de mentionner les 2,791 voix obtenues par la candidate indépendante Jo Jorgensen. Mais ce que se garde bien de dire Monsieur David Frenkel – et en amont le site dreuz.info – c’est que le résultat définitif de l’Etat d’Arizona donne une majorité, certes courte mais une majorité, à Joe Biden.

Screen Shot 2020-11-14 at 7.22.16 AM.png

Le modus operandi, toujours le même, consiste à distiller une information partielle que l’on cherche à faire passer pour une vérité plus large, quasi-absolue. Et c’est exactement ici que commence le déni de réalité qui conduit, inévitablement, tous les complotistes, trumpistes et autres citoyens un peu égarés à ne lire, regarder ou écouter que ce qui confirme leurs idées fixes. Ces comportement sont sectaires, en plus d’être dangereux.

Les faits, rien que les faits, ai-je dit plus tôt. Dénoncer les mensonges, ne serait-ce que par omission comme celui mentionné plus haut, prend du temps. Il faut aller vérifier aux sources factuelles, en l’occurrence le site officiel du Secrétariat d’Etat de l’Arizona. Ce faisant, on voit que le nombre de votants de l’ensemble de l’Etat s’élève à 4.34 millions d’électeurs et celui du Comté de Pinal à 189,974, soit un petit peu moins de 5.5% du total… Et voici comment débute la manipulation.

Que cela déplaise à Messieurs Guy Millière ou David Frenkel ne fait aucun doute, mais la réalité factuelle est que les grands électeurs de l’Arizona voteront pour Joe Biden. Comme d’ailleurs, dès le 20 janvier, ce dernier deviendra le 46e Président des Etats-Unis.

1236010_10151864907841031_1052579078_n.jpg

New York, septembre 2014

Lien permanent Pin it! Catégories : Blogueur, Etats-Unis 20 commentaires

Commentaires

  • Excellente mise au point.
    Pour Frenkel comme pour Trump, la réalité et la vérité ne sont pas ce qu'elles sont mais ce qu'ils voudraient qu'elles soient.
    Ainsi, pour eux, la réalité du SARS-CoV-2 n'est pas qu'il a causé, à ce jour, la mort d'au moins 1'313'000 personnes mais qu'il s'agit d'un virus inoffensif au sujet duquel il n'y a aucune raison de s'inquiéter ou de prendre des mesures.
    Concernant l'élection présidentielle américains, ils voudraient qu'il y ait eu des fraudes, donc il y en a eu.
    Les personnes présentant un tel syndrome sont des décalés de la réalité.
    Une singularité bien connue en psychiatrie.

  • Monsieur Rémi Mogenet, vous êtes aussi un poète. Plutôt bon. Alors, ayez svp le courage d'écouter ceci: https://youtu.be/8h6qXvwXNH4

  • François Asselineau, ancien inspecteur des finances et fondateur de l'UPR, parti conspirationniste... très, très crédible. Mais bon chacun possède le droit inaliénable de raconter tout et n'importe quoi. Monsieur David Frenkel y compris.

  • John Lenon, «Instant Karma»: https://www.youtube.com/watch?v=xLy2SaSQAtA

  • Well, we all shine on
    Like the moon and the stars and the sun

  • Monsieur Chauvet arretez d'écrire "Le modus operandi, toujours le même, consiste à distiller une information partielle que l’on cherche à faire passer pour une vérité plus large, quasi-absolue..."
    Flash Dreuz info 16h04 : Joe Biden devient le premier démocrate à gagner l’Arizona depuis 1996.

  • On doit ici reconnaître un - trop rare - moment de lucidité à dreuz.info. Il est vrai que lorsque les faits dépassent le fantasme, il n'y a rien d'autre à faire.

  • Monsieur Chauvet, vous niez la réalité. Prouvez-moi que Dreuz info ne présente pas des faits et rien que des faits. N'arrivant pas à le faire, vous vous lancez dans des phrases gratuites, tel que "dans leur rare moment de lucidité", car vous ne voulez admettre que le flash Dreuz info 16h04 : "Joe Biden devient le premier démocrate à gagner l’Arizona depuis 1996", rend votre billet obsolète. Alors, ce qui vous reste à faire, c'est de me censurer. Par ailleurs, qualifier les gens comme
    François Asselineau de conspirationniste SANS AUCUNE PREUVE, mais parce-qu’il détruit votre croyance en la légitimité de ces élections, est trop facile...

  • Monsieur David Frenkel, vous sombrez dans la paranoïa... Vous n'êtes censuré en rien, la preuve est que je publie tous vos dépôts sur cette page... Et vous me semblez mettre beaucoup de gens "au défi" de vous prouver tout et rien...

    A mon avis - et vous n'êtes bien évidemment pas obligé de le partager - dreuz est un torchon d'extrême droite. J'ai l'impression de me salir les mains rien qu'à regarder leur page.

    Chacun ses goûts.

  • J'ai croisé «Dreuz» au hasard de mes recherches sur le Net, comme on le ferait d'une publicité agressive retenant involontairement l'attention. J'ai suivi leurs publications pendant plusieurs mois, mais constant qu'aucun média entre Pékin et Los Angeles, en passant par l'Europe entière, ne relayait leurs informations exclusives, j'ai conclu qu'il devait s'agir d'une secte ou d'une fabrique de hoax à but lucratif. Il faut dire que leur ton véhément et leur style feuilleton policier des années '60 ne contribue pas à inspirer la confiance. Depuis peu, j'analyse «Greyzone», sorte de clone marxiste de «Dreuz» et grand chasseur de complots. Pour en revenir au cadre réel de ces commentaires, les péripéties de la politique américaine ne sont pas des motifs susceptibles de déchaîner de telles passion, puisque là-bas comme ici un clown ne fait qu'en remplacer un autre.

  • La réaction de Frenkel est typique de son état d'esprit. Il raisonne de la manière suivante: tout sujet qui demeure non contredit est ipso facto accepté comme vrai et considéré comme étant une réalité absolue. D'où la violence de ses réactions lorsque ses "convictions" sont mises à mal par l'irruption de la réalité ou par la moindre contradiction. Alors il se pose en victime. Il est persuadé d'être investi d'une mission, celle de rétablir la vérité, bien entendu la sienne et en vient à considérer toute critique comme une attaque personnelle. Il est temps qu'il réalise que personne ne l'a investi de la mission de faire la police de l'opinion sur cette plateforme et que rien ne l'habilite à le faire.

  • "par l'irruption de la réalité ou par la moindre contradiction" Mais de quelle réalité parlez-vous et de quelle contradiction parlez-vous ? Alors, montrez-là, cette réalité et cette contradiction ! JE NE SUIS PAS INVESTI D'UNE MISSION, simplement, j'ai le droit comme vous d'exprimer mon opinio. On est est pas à Moscou ! du mois pas encore, mais cela ne saurait tarder, vu la tournure des médiasqui désirent formater l'opinion du public. Alors, oui, vive Dreuz qui en prend le contrepied. Par ailleurs, " toute critique comme une attaque personnelle" dites-vous. Pas du tout, mais pour autant qu'elle est courtois. Allez Monsieur Chauvet, vite, censurez ce commentaire, comme vous avez censuré mon précédent commentaire que j'ai fini par envoyer par mail, mais j'ai oublié vous avez bloqué mes e.mail....

  • CQFD.

    Voilà voilà... Un bel exemple de censure... Vous êtes risible Monsieur David Frenkel.

  • Frenkel, êtes-vous seulement conscient du ridicule dont vous vous couvrez? Dans le même paragraphe vous revendiquez votre droit à vous exprimer et vous exigez la censure d'une opinion qui vous ne convient pas. Non, nous ne sommes pas à Moscou alors cessez une bonne fois pour toutes de vous conduire comme le Dzerjinski de cette plateforme.
    M. Chauvet je vous remercie de défendre la liberté et la diversité des opinions sur votre blog.

  • @Paul, je vois que vous ne comprenez pas que quand je dis "censurez ce commentaire," je parle au 2ème degré et que c'était de la provocation. Par ailleurs, vous n'avez pas à m'insulter, voir me dififfamer PUBLIQUEMENT comme étant le Dzerjinski, --- l'agitateur russe régulièrement emprisonné---, de cette plate-forme. Vraiment, Monsieur Chauvet, vous vous êtes fait complice de l'insulte. JE DEMANDE DONC MON DROIT DE RÉPONSE. Par ailleurs, Monsieur Chauvet, veuillez dans le futur, cesser de me prendre à partie dans vos billets en citant mon nom.Utilisez svp à la place les prépositions dont la langue française est riche, car je continuerai à rapporter le fil info de Dreuz concernant les fraudes électorales. MERCI D'AVANCE

  • Un commentateur dont je tairai le nom par égard pour lui me fait parvenir le message ci-dessous, en prenant le responsable de la plateforme des blogs à témoin:

    Cher Monsieur Nicolas D. Chauvet, vous n’aimez pas une sélection choisie par mes soins du site Dreuz Info. Cela fait déjà la deuxième fois en l’espace d’une semaine que vous consacrez un billet ici sur la plate forme TDG pour me contrer en vous adressant personnellement à moi. C’est votre droit (quoique l’usage ici voudrait que vous utilisiez les prépositions telles que « certains, quelqu’un » ou encore que vous écriviez « une personne »), comme c’est le mien de me référer à un site que je considère faire ce journalisme qui ne se fait plus de nos jours (taxer ce site d’extrême droite parce qu’il ne ne vous convient pas est totalement gratuit et ne repose aucunement sur des faits).
    Cependant, là où je m’élève, tout en prenant à témoin Monsieur J.F. Mabut, animateur de l'ensemble des blogs de la TDG, c’est quand vos articles, Monsieur Chauvet, donnent l’occasion à des commentateurs de m’insulter, voir, de me diffamer. publiquement. A la fin de ce courriel je rapporterai à l'attention de Monsieur Mabut le commentaire de ce nommé Paul qui de manière anonyme (je n’ai pas ces coordonnées pour lui répondre personnellement) m’insulte en me traitant comme étant le Dzerjinski, --- l'agitateur russe régulièrement emprisonné (ndr) ---, de cette plate-forme. Même si vous publieriez, Monsieur Chauvet, comme je vous l’ai demandé par mon précédent courriel, mon droit de réponse sur votre blog, cela ne me satisferait pas car vous êtes tenu, de modérer en supprimant tous commentaires discourtois. D’autant plus lorsque les propos publics d’un commentateur sont insultants, voir diffamatoires.
    Et de façon générale je tiens à rappeler à Monsieur Mabut que j’anime depuis longtemps le blog de la TDG avec des textes critiques, avec des textes biographiques, avec mes poésies et mes nouvelles. Je ne puis admettre que je sois le seul blogueur ici qui essuie, et cela de manière régulière, des sarcasmes personnels, au motif que je n’entre pas dans le moule d’une bien-pensance, d’une pensée unique, qui hélas s’installe de plus en plus au sein des médias ayant pignon sur rue.
    Avec mes profonds respects.


    Voici donc le commentaire incriminé :
    "****** (déjà, par politesse on écrit : Mr ******, ndr) êtes-vous seulement conscient du ridicule dont vous vous couvrez? Dans le même paragraphe vous revendiquez votre droit à vous exprimer et vous exigez la censure d'une opinion qui vous ne convient pas. Non, nous ne sommes pas à Moscou alors cessez une bonne fois pour toutes de vous conduire comme le Dzerjinski de cette plateforme.
    M. Chauvet je vous remercie de défendre la liberté et la diversité des opinions sur votre blog."

  • Et voici ma réponse:

    Cher Monsieur,

    J’accuse réception de votre message et vous en remercie.

    La question n’est pas que je « n’aime pas » les contre-vérités que vous choisissez de publier afin de nier l’évidence du résultat de l’élection américaine. La question porte sur le fait que ce sont de fausses informations, d’où la distinction proposée dans mon billet du 12 novembre, qui tente modestement de différencier les croyances de la vérité. Vous vous prêtez trop d’importance en pensant que je vous en veux personnellement. Vous n’êtes que le véhicule d’un phénomène de désinformation qui tend malheureusement à se généraliser.

    Ce phénomène a pris une ampleur très importante depuis l’arrivée au pouvoir de Donald J. Trump. Je vous rappelle aux propos de Kellyanne Conway qui, au début du mandant du 45e Président, parlait déjà de « faits alternatifs ».

    Comme dit préalablement, je viens d’une époque durant laquelle on apprenait que les faits (et non leur dénégation) étaient fondateurs de la compréhension du monde et de l’opinion que l’on s’en faisait. Dans le journalisme, cela s’est traduit par les grandes investigations menées, notamment sous l’ère de la présidence de Richard Nixon. Il n’y a rien que je puisse percevoir dans l’approche de dreuz.info qui corresponde à ce type de pratique journalistique. C’est un site d’opinion (donc de croyances), mais pas de journalisme.

    Ce qui me donne à réfléchir au-delà du petit différend qui nous oppose est le fait que ceux qui propagent des fausses informations ne veulent prendre aucune responsabilité. Ils ne semblent pas comprendre qu’à même les diffuser, ils portent une responsabilité qui s’amplifie dramatiquement s’ils affirment, comme vous le faites, qu’il s’agit d’informations – alors qu’au mieux ils s’agit de rêves pris pour des réalités ou d'opinions. En fait, des croyances. Et contre les croyances, il n’y a rien à faire. Je ne peux (et n’en n’ai aucune intention) vous faire changer les vôtres. Mais, au nom du ciel, présentez-les comme telles et non comme des « informations » fiables et solides.

    Après cela, vous n’appréciez pas de vous faire traiter de Félix Dzerjinski de la plate-forme par un commentateur. Vous auriez dû aller au-delà d’une réaction épidermique et vous renseigner sur qui était ce personnage, dont le principal fait d’armes a été de créer la Tchéka, police politique de l’état bolchevique – ancêtre de la Guepeou puis du NKVD. Brillant parcours.

    Enfin, je vous engage à porter vos réflexions sur votre façon d’agir et de réagir. Pour ma part, je vous ai mentionné avec respect, sans insultes. Que vous vous sentiez insulté ou injurié est votre problème qui pourra se régler par une bonne introspection et analyse des conséquences que peuvent provoquer vos propos publics.

    Pour terminer, rien ne vous oblige à commenter mes billets. Peut-être serait-ce plus indiqué, en effet, que vous vous en absteniez. Dès lors, vous ne vous exposeriez pas aux réactions que vous avez vous-même provoquées.

  • rabbit: "puisque là-bas comme ici un clown ne fait qu'en remplacer un autre."

    Mais aucun clown ne remplacera la Chine....!

    La grosse tête rabbit!?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel