Les croyances comme preuves de l'alt-réalité

Un récent commentaire déposé sur mon blog par la troll dénommée Marie B. (alias Mélanie) en suite de mon billet adressé aux conspirationnistes, complotistes et autres égarés m’enjoignait de consulter le blog d'un Monsieur Stéphane Montabert qui contiendrait les «preuves irréfutables» que le résultat de l’élection présidentielle aux Etats-Unis serait le fait d’une tricherie évidemment organisée par les démocrates en vue de fomenter un «coup d’état» …

Contrairement aux complotistes qui ne s’alimentent qu’à des sources d’informations qui confirment leurs croyances, je ne rechigne pas à consulter la prose des négationnistes. Je me suis donc imposé la lecture de quelques dépôts de Monsieur Montabert. Mon constat est qu’ils ne diffèrent en rien de ceux publiés sur les autres sites connus (dreuz.info, lesobeservateurs.ch notamment) ou dans un blog accueilli sur cette même plate-forme par un individu qui, lui, m’a enjoint de ne jamais citer son nom - ce qui me fait pleurer de rire tant cette posture participe d’une forme d’irresponsabilité très infantile et trumpienne: on affirme des choses dont on refuse d’assumer les conséquences.

La démarche «intellectuelle», si l’on ose dire, est toujours la même. On part de prémisses stipulant que la fiction à laquelle on adhère n’est pas la réalité factuelle pourtant amplement démontrée (en l’occurrence que l’élection présidentielle a été perdue par Donald J. Trump, ce que les recomptages et actions en justice ont confirmé, amplement). Dès lors, toutes les suites vont dans le sens de nier la réalité démontrable (d’où le terme de « négationnistes ») et de mettre en place une autre narration, visant à expliquer que l’arrivée de Joe Biden est le résultat d’une conspiration (d’où le terme de «complotistes»).

Cela fonctionne en circuit fermé. On aura beau montrer, démontrer que la réalité est autre que les mensonges allègrement diffusés, rien n’y fera. Montabert, pris la main dans le sac après avoir publié des images du 6 janvier 2021, qui en réalité avaient été prises quelques semaines auparavant, ose affirmer que le «reste est correct». Non, le reste n'est pas correct, tout le reste est faux.

A l’instar de la propagande fasciste et nazie, ces gens construisent une pseudo-réalité à laquelle des troupeaux de suiveurs adhèrent, par paresse intellectuelle et une certaine pauvreté de l’esprit. N’importe quel argument, fût-il spécieux, vain ou complètement faux, est considéré comme vrai dès le moment où il confirme les contre-vérités proférées par les Illuminati de la néo-extrême droite. Ils n’ont que faire de l’idée très républicaine que le fardeau de la preuve incombe à celui qui accuse: leurs croyances sont la preuve.

Il ne faut pas s’y tromper. Ces gens appartiennent aux mouvances néo-nazies ou néo-fascistes. Et ils sont dangereux. Pour eux, il n’est pas question de liberté d’expression, comme ils tentent de nous le faire croire, mais d’un programme politique qui, fort heureusement, n’est pas très organisé aujourd’hui... mais qui sans doute va chercher à l'être le plus vite possible.

Tout cela est affligeant et surtout dangereux.

Commentaires

  • "(en l’occurrence que l’élection présidentielle a été perdue par Donald J. Trump, ce que les recomptages et actions en justice ont confirmé, amplement)."
    L'argument de Montabert est que la justice a refusé d'entrer en matière. Voici ce qu'écrit un commentateur en réponse à P.Dimier, qui est sur la même ligne que vous :
    "à P. Dimier:
    "ont toutes conclu que le recourant ne présentait pas d'évidence de fraudes."
    Non, ce n’est pas du tout comme cela que les choses se sont passées.
    Les cours ont refusé d'examiner les preuves, ce qui est très différent.
    Les raisons données ont été variées : la cour suprême fédérale, par exemple, a refusé, sur plainte du Texas, de s'immiscer dans des élections fédérales (ce qu'elle a fait auparavant dans le contentieux Bush-al Gore, en Floride, je crois).
    Les dossiers n'étaient plus recevables, trop tardifs etc.
    Si une seule d'entre elles avait commencé d'ouvrir les dossiers, les preuves (affidavit en particulier) étant irréfutables, alors, de proche en proche, il aurait suffi aux avocats de Trump de tirer le fil, et tout aurait basculé en sa faveur."
    Au passage, notez que je n'ai pas d'opinion sur ce sujet, et je n'ai aucune idée où se trouve la vérité...

  • Le concept de croyance est central. On devrait tous s'interroger en ce qu 'on croit et pourquoi.
    Qui croire puisqu'on peut désormais bidouiller des images ou des vidéos de façon assez convaincante ( deep fake). Même les images ne sont plus des preuves. C'est pour ça que les "preuves" sur You Tube sont peu fiables.
    Avec Trump, j'essayais de m'en tenir à ses tweets et aux images où il apparaissait devant des auditoires identifiables ou dans le bureau ovale. Ses mots à lui permettaient de se faire une idée de sa façon de fonctionner.
    Trump n'a pas démenti les enregistrements audio incriminants (p.ex. Woodward ou Zelensky), mais les trouvait parfaits.
    Pas besoin de commentaires ou de gloses d'experts.

    Récemment, je suis tombée sur un article intéressant au sujet du dilemme des chrétiens évangéliques et leur inféodation aux valeurs trumpiennes.
    Cet article proposait, entre autres, la théorie du "narcissisme de groupe" et se réfère à Erich Fromm.
    C'est une piste très intéressante, à mes yeux.

    https://www.nytimes.com/2021/01/14/opinion/trump-evangelicals.html?searchResultPosition=2

    Quand on est sur le terrain de la croyance, il se peut que les arguments rationnels ne soient plus valables.
    Il se peut que l'idée de faire partie d'un groupe qui aurait tout compris ( = qu'il y a des forces occultes dont les actions sont motivées par le Mal) est plus séduisante que de la réalité. Surtout que la réalité est complexe et difficile à appréhender dans toutes ses dimensions.
    Si on pense à ce qu'est le messianisme ou le projet des missionnaires, on peut voir des analogies.

    Ce qui m'intrigue : est-ce que QAnon et les autres qui répandent des prophéties ou des preuves de réalités alternatives sont de froids manipulateurs, de cyniques farceurs ou bien des gens qui croient sincèrement en leur propres thèses ?

  • Géo, troll notoire des blogs, arrive à dire à peu près tout et son contraire en deux paragraphes.
    Pour son élévation, on précisera qu'un affidavit est une déclaration sous serment qui peut être utilisée comme preuve, mais n'en n'est pas systématiquement une.
    Il nous dit aussi qu'il n'a pas d'opinion sur le sujet (de l'élection américaine) mais affirme aussi que les choses ne se sont pas passées "comme ça"... Allez savoir, hein?
    Voila voila. Comme tous les conspirationnistes, il se tire des rafales dans le pied, mais prétend que ce sont ceux des autres.
    N'importe quoi.

  • Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce billet cède un peu trop la place à l'emportement pour mériter l'adjectif d'objectivité.

    Cet empressement à assimiler les supporter de Trump à des néo-nazi ou néo-fasciste est tellement caricaturale, que vous ne voyez même pas que vous affirmez à votre tour sans preuves. Qu'est-ce à dire ? Vous pensez réellement que 75 millions d'américains cèdent aux sirènes du fascisme ou du nazisme ? C'est de la dérive de la pensée.

    L'objection qu'aucune cours n'a jamais réellement examiné les preuves apportées par les avocats de Trump, ne reçoit chez vous aucun réflexe de vérification. Non un simple réflexe d'attaque ad hominem qui ne développe absolument aucun arguments vous suffit.
    N'est-ce pas une illustration de ce que vous souhaitez dénoncer chez les proTrump à savoir un fonctionnement, comme dîtes, en circuit fermé.

  • Mon billet n'a aucune vocation à être "objectif".
    Et, bien entendu, tous les électeurs ayant voté en faveur de Trump ne sont pas des néo nazis ou néo fascisites. Je ne l'ai ni prétendu, ni affirmé.
    En revanche, si vous aviez lu mon billet attentivement, vous auriez constaté que j'y parle des négationnistes, et en particulier de Monsieur Stéphane Montabert, ainsi que du blogueur dont-je-dois-taire-le-nom sévissant sur cette plate-forme (et pour lequel toute personne ne bêlant pas avec la masse des complotistes a une "dialectique plate sans issue").
    Les tribunaux ayant été saisis par les partisans de Trump les ont quasiment tous déboutés, y compris la Cour Suprême... Du coup, je ne sais pas ce qu'il vous faut...
    Quant à mon fonctionnement que vous prétendez en circuit fermé, vous êtes dans l'impossibilité matérielle de le démontrer - comme d'ailleurs les complotistes de démontrer l'existence d'un complot. Qui plus est, si je n'avais pas lu attentivement les dépôts des ci-devants susmentionnés, je ne pourrais en parler.
    Voila voila.

Les commentaires sont fermés.