Connaître, c'est être

"Connaître une chose et en vivre une autre est une erreur, un contresens. A partir de là, une tension apparaît. Elle est due au conflit de la pensée et du sentiment. Connaître, c'est être" - Swami Prajñanpada

NYC_XP2B7434_DxOVP_BW.jpg

New York, janvier 2020

Commentaires

  • Divagation sur la photo, non sur la légende (il y aurait trop à dire)…

    Elles se tournent le dos et s’ignorent apparemment, ces deux femmes engoncées dans leur doudoune-uniforme, chacune perdue dans ses pensées, la plus âgée plutôt contemplative, l’autre plus tendue. En plus du transport, elles ont pourtant en commun de porter leurs lunettes de soleil en bandeau, comme un diadème serre-tête pour maintenir leur chevelure. Elles évitent ainsi l’intermittence d’ombre et de lumière gênante pour la vue au risque de perdre leur anonymat en dévoilant leur visage habituellement bien planqué derrière les verres teintés. Depuis, les masques de l’ère covidienne ont résolu le dilemme. Peut-être que les lunettes posées sur le crâne améliorent l’acuité visuelle en présentant quatre yeux, comme les Opossums gris du Papiliorama de Chiètres, allez savoir.
    A moins qu’il s’agisse d’écarter ainsi les prédateurs, toujours à l’affût dans le métro, à la manière des pêcheurs de l’estuaire du Brahmapoutre, proches habitants d’une réserve de tigres, qui portent un masque à figure humaine à l’arrière du crâne pour éviter les attaques de ces gros chats qui ne détestent rien tant qu’on les regarde de face… Pas vraiment sûr que cela fonctionne, ai testé en portant un masque de carnaval à la maison, mes greffiers sont restés indifférents…

  • Dans le métro de Shanghai, tout le monde a le nez collé à son smartphone. À New York, on pose pour Nicolas. Ainsi va le monde.

Les commentaires sont fermés.