La soirée d'un faune

"Les dieux ont définitivement fermé les portes de l’Olympe, et ils s’amusent sans nous. Ils se sont désintéressés de ces créatures qui se sont inventé un dieu unique à leur image, eux qui vivent parmi les faunes, les centaures, les sphinx et les hippogriffes… Nous avons cessé de les intéresser" - Bernard Domeyne

John_XP2B0952_BW.jpg

Berlin Burlesque Festival, octobre 2021 Artiste John Celestus

Commentaires

  • On laissera à marianne la primeur et la pertinence du commentaire sur le cliché de l’artiste en guêpière, le bien nommé Celestus puisqu’il est question dans la citation des dieux et des hommes.

    Les dieux se sont-ils jamais amusés, prisonniers dans leur Olympe, gavés de nectar et d’ambroisie ? Pas l’avis d’Eurydice qui s’emmerdait ferme dans l’annexe infernale de Pluton, au point de regretter Orphée, son casse-pieds de mari… Elle n’aurait recommencé à se marrer qu’une fois transformée en bacchante par ce farceur de Jupiter.
    C’est du moins ce que racontent dans l’opéra-bouffe Offenbach et ses librettistes, qui ont pris quelque liberté avec les textes originaux, j’en conviens.

    On va dire que j’exagère, encore lui - promis juré, la prochaine citation musicale sera de Dalida ou Gloria Lasso, les petites préférées de Lapin -, mais c’est l’occasion ou jamais de réécouter une chanson d’un jeune centenaire, en parfaite adéquation avec l’intro du jour :

    https://www.youtube.com/watch?v=SaKeQjjzExA

  • Le phénomène J. Celestus surgit tel un éclair ou une étoile filante, c'est selon, et il montre les muscles qu'il n'a pas. . .Suis fun !

  • On laissera à marianne la primeur du commentaire pertinent sur le cliché de l’artiste en guêpière, le bien nommé Celestus puisqu’il est question dans la citation des dieux et des hommes.

    Les dieux se sont-ils jamais amusés, prisonniers dans leur Olympe, gavés de nectar et d’ambroisie ? Bof, pas l’avis d’Eurydice, la belle mortelle, qui s’emmerdait ferme dans l’annexe infernale de Pluton, au point de regretter Orphée, son casse-pieds de mari… Elle n’aurait recommencé à se marrer qu’une fois transformée en bacchante par ce farceur de Jupiter.
    C’est du moins ce que racontent dans l’opéra-bouffe "Orphée aux Enfers" Offenbach et ses librettistes, qui ont pris quelque liberté avec les textes originaux, j’en conviens.

    On va dire que j’exagère, encore lui - promis juré, la prochaine citation musicale sera de Dalida ou Gloria Lasso, les petites préférées de Lapin -, mais c’est l’occasion ou jamais de réécouter une chanson d’un jeune centenaire, en parfaite adéquation avec l’intro du jour :

    https://www.youtube.com/watch?v=SaKeQjjzExA

    Le Grand Pan est mort, le dieu des pâtres et de la bienheureuse Acadie, c’est ce qui se disait dans l’Empire à la fin du paganisme et l’avènement de la religion chrétienne, reprenant ce que Plutarque avait annoncé deux siècles avant dans « la fin des oracles ». Mieux vaut Plutarque que jamais…

  • Dans le dernier paragraphe de votre commentaire, il est question de “l’avènement de la religion chrétienne”.
    Une religion chrétienne qu'il convient de considérer comme une nouvelle forme de paganisme, condamnée à finir à son tour dans la catégorie des mythologies.

  • Oups, " C'est fun et donc suis fan !" (même s'il m'arrive d'être un peu fun).

  • N'est-ce pas à Aristote que l'on attribue cette formule: "La création poétique est plus vraie que l'exploration méthodique de ce qui existe"? Du moins, c'est Malraux qui l'avance, mais qui peut-on croire depuis que les poètes ont disparu...

Les commentaires sont fermés.