Il savait seulement que son enfant était son mandat

"Il savait seulement que son enfant était son mandat. Il a dit : S'il n'est pas la parole de Dieu, Dieu n'a jamais parlé" - Cormac McCarthy

_MG_0577_BW.jpg

Elie, Genève, Novembre 2021

Commentaires

  • « La Route » de C. Mc Carthy, le road movie pedibus d’un père et d’un fils dans un monde où tout n’est que ruines et morts… Un chemin parcouru en poussant un caddie, vers le Sud. Crépusculaire…

    Pfff, z’avez rien de mieux à proposer en ces temps de covidienne incertitude, histoire de soutenir le moral des troupes ?

    Pas fini le bouquin, il y a vieux, l’auteur vit toujours ? Mais me suis farci in extenso les longueurs (pas forcément sublimes, contrairement aux trios de Schubert…) de l’adaptation par les Coen Brothers d'un autre polar, avec la belle gueule burinée de Tommy Lee Jones, ça s'intulait in french language « Ce pays n’est pas fait pour le vieil homme ». Ce que je me dis chaque matin en posant mon pied hors du page…

    On compte sur marianne pour nous éclairer (elle adore ça, éclairer) question rapport entre la photo et la citation. On la remercie d'avance.

  • Très beau regard de papa sur son enfant.

    Quant à la citation, même après plusieurs nuits sans sommeil, un papa ne peut pas dire ça, c'est une impossible possibilité. Mais bon, quand on aime on ne compte pas !

  • Ah bon, l'est pas en train d'admirer le pli de son nouveau futal ?

  • Je dirais, à l'instar de Jean-Claude Grumberg, que nos enfants (et petits enfants) sont "la plus précieuse des marchandises".

    Je vous en recommande vivement la lecture, si ce n'est déjà fait.

  • Faut demander à Nicolas, mais sans " la présence de l'enfant", la citation devient étrange. Rabbit & co pourrait aussi nous éclairer vu qu'il est grand-papa depuis peu. Il faut tout tenter dans la vie Gislebert, sinon on ne va pas s'en sortir !

  • Don’t worry, Lady marianne, on va tous s’en sortir, mais peut-être n’est-ce pas la sorte de sortie que vous évoquez de la sorte… L’exitus est programmé dès le départ, depuis que le spermato le plus vigoureux de papa a câliné l’ovule maternel en vadrouille, la vie se nourrit de la mort.
    Savants et ignares, blogueurs un peu cons et trolls teigneux, Pénélopes et fieffées salopes, toutes et tous allons disparaître, nous extirper de cette foutue impasse collective, le grand saut hors du temps, là où les lois quantiques et de la relativité n’ont plus cours…

    Certains sans s’en rendre compte, d’autres volontairement mais c’est une minorité, d’autres encore en en bavant davantage que les petits gris de Bourgogne quand on les fait dégorger. Les hommes ne naissent ni ne meurent égaux, que voulez-vous… Allez, un toast à nos futurs karmas !

    Pour ce qui est de Lapin, ne comptez pas trop sur lui, vous ne le reverrez qu’aux premiers bourgeons, il hiberne tapi pour l’instant au fond de son terrier avec sa smala et sa provision de riz et de ginseng pour maintenir sa forme…

  • Petite piqûre de rappel bien sentie !

  • PS : Des petits gris, y'en a au Salève, je connais un coin. Ils sont un peu amers, mais en y rajoutant du beurre, du poivre, du sel, de l'ail, du persil, du vin blanc et encore du beurre et du vin blanc, ça passe.

Les commentaires sont fermés.