De l'âme au marbre

"La sculpture donne de l'âme au marbre" - François-René de Chateaubriand

Herve_B0001166_BW.jpg

Sion, décembre 2021 Modèle Hervé Hoffmann, sculpteur (hh-sculpture.ch)

Commentaires

  • « Donner de l’âme au marbre » ? Chateaubriand, nommé secrétaire d’ambassade à Rome en 1803, a dû l’écrire peut-être après avoir contemplé la Pietà, le groupe de Michel-Ange, tiré d’un seul bloc de marbre de Carrare. « Je n’ai fait que dégager les personnages », dira celui-ci en substance. Oui, bien sûr…
    La sculpture d’un jeune homme de 24 ans, la plus polie, la plus « finie » de l’artiste, la seule signée. La Vierge juvénile et débordant de tendresse tient sur ses genoux le corps souple, plus petit, de son fils descendu de croix. « La Jeune Fille et la Mort » pourra écrire un critique. Bien vu. Les premiers spectateurs furent saisis, comme nous le sommes encore aujourd’hui.

    Jacopo Galli, le banquier florentin mécène, vient annoncer au sculpteur que le commanditaire, le cardinal-ambassadeur de France à Rome vient de mourir et ne verra pas la statue achevée :

    « Il reste pétrifié lorsqu’il découvre la statue finie. La douleur de la Madone est tout intérieure. Elle l’illumine. Elle la sublime. Le génie de Michel-Ange a explosé. Nul ne pourra égaler cette œuvre qui donne envie de pleurer. De prier. (…) Il étreint Michel-Ange et plonge son regard dans le sien qui est couleur d’ambre. Comme il est laid avec son nez cassé par un condisciple jaloux. Mais comme son âme est belle ! »

    (Irina de Chikoff, auteure de « Le Sourire de Dieu »)

  • Beau commentaire ci-dessus !

    Quant à la photo, il y a comme une douce chaleur qui s'en dégage. . .

  • Mais c'est votre fête today, j'espère qu'on va vous la faire, en tout bien tout honneur !

  • Avec pain d'épices, chocolat et vin chaud, SVP...

Les commentaires sont fermés.