M, le retour

C’est avec une consternation certaine que l’on apprend le retour de M en politique. Surprise? Ou pas?

Là n’est pas la question.

Mais il commence fort. Il nous dit se présenter pour «défendre les valeurs d’une nouvelle liste» et non par «égotisme». Sur ce dernier point on ne croira aucune de ses bonnes intentions de servir la République. Car par le passé, il a bien confondu l'idée de servir avec celle de se servir, dans toutes les acceptions du terme.

Comme à son habitude, il joue les effets de manche pour sa communication et réserve ses annonces à une chaîne de télévision locale dont l’animateur, fayot à souhait, le mettra en valeur.

Toutes celles et ceux qui ont subi ses comportements dictatoriaux à la Ville ou à l’État de Genève ne peuvent que ricaner, mais en jaune, lorsqu’il nous parle, la bouche en cœur, de «libertés et de justice sociale». Il y a fort à parier que ces valeurs ne s’appliquent qu'à lui et lui seul car les autres, en particulier ceux qui travaillent pour ou avec lui, il n’en n’a rien à faire.

Ce qui le motive est son goût du pouvoir, insatiable, un égo en pleine inflation et un esprit de revanche. Tout simplement.

Bonne chance, Genève.

Commentaires

  • Affligeant retour, en effet.

  • Tellement prévisible, mais, entre nous, que vouliez-vous qu’il fît ? Monter une ONG pour chasser le gaspi à l’Etat, ou postuler pour le poste à repourvoir de commandant de la gendarmerie ? Mal barré à première vue.
    Et puis la vraie vie, avec des subordonnés sur lesquels l'on puisse s’appuyer, déléguer sans tyranniser ni se se défausser, il ne connaît pas, il n’a pas appris dans la fonction publique. L’on a sûrement tort de persifler ainsi, d’alimenter le sarcasme, ses groupies, dans un prochain chant d’action de grâce ne vont pas manquer de nous dresser la liste des ses mérites passés… Cela doit se trouver, quand on voit les épées de l'attelage actuel...Attendons donc.

    « Un politicien ne peut faire carrière sans mémoire, car il doit se souvenir de toutes les promesses qu'il lui faut oublier. »

    Frédéric Dard / Les pensées de San-Antonio

  • Il aurait pu se taire, travailler, gagner sa vie et laisser les genevois tranquilles... Pas si compliqué, au fond.

  • Ce qui m'a toujours intrigué, c'est le nom de sa fondation (P.A.L.M.) C'est un bon moyen mémo-technique pour se souvenir que Pierre Aime Les Mensonges.

Les commentaires sont fermés.